• fresen

Dr. François Poulin, fondateur de OpusTime

Remettre des bulles dans le Champagne! 

Une entrevue avec le cerveau et l’âme derrière OpusTime

Entrevue avec Dr. Francois Poulin
Le fondateur d’OpusTime partage sa vision avec R. Armuelles

Le printemps dernier, nous avons interviewé le Dr Poulin alors qu’il se rendait entre ses cliniques au Québec, au Canada. La entrevue a porté sur les affaires, les loisirs, l’éducation et, bien sûr, la technologie. Assurez-vous de faire attention, car aucune pierre n’a été laissée sans retour.

Qui est François Poulin?

Je suis chiropraticien et je pratique depuis plus de 25 ans. J’aime avoir des contacts avec les gens et j’aime développer mes compétences. Mais je partage quelque chose avec tous les prestataires de soins de santé et c’est la raison pour laquelle l’administration est si ancrée dans les affaires. Quand j’ai eu 40 ans, je me souviens d’avoir une liste d’attente de patients de 9 mois, tout le monde voulait un morceau de moi. Embaucher des employés, comptabilité, vente et marketing, faire tellement de choses qui me rendaient épuisé. Je me suis promis de ne plus jamais me retrouver dans la même situation. J’ai donc fermé la clinique et déménagé 3 heures plus tard, avec une petite clinique dans mon sous-sol. Si je reprenais la pratique, ce serait amusant. Ensuite, j’ai eu cette épiphanie sur un orchestre, j’ai commencé par incuber l’idée, puis je l’ai transformée en un document très détaillé au cours d’une période de 4 ans. Aujourd’hui, au final, il s’avère que je ne me présente qu’à ma pratique et que tout le reste est pris en charge par le système. Je suis complètement libre, j’ai éliminé tous les frais généraux qui me hantaient auparavant, ce qui m’a amené à réduire l’espace. J’ai donc maintenant une approche très minimaliste, avec moins de personnel, en raison d’OpusTime.

À quoi ressemble votre journée typique?

Je me lève, je fais du café, parfois même je fais du pain, ce que j’ai commencé à faire lorsque des patients me demandaient des conseils en matière de nutrition, parce qu’ils étaient intolérants au lactose, par exemple. Maintenant, je monte dans la voiture exactement au moment où cela me permet d’arriver en même temps que mon premier patient. J’ai donc maintenant le temps de développer OpusTime, de voir des patients, de prendre un café et de consulter mes profils sur les réseaux sociaux. Avec ma nouvelle clinique, tout fonctionne mieux. À la fin de la journée, quand j’ai terminé et que mon dernier patient quitte la clinique, je glisse mon ordinateur portable dans mon sac à dos, j’éteins les lumières et je rentre à la maison.

Depuis combien de temps vivez-vous à Montréal?

J’étais dans une très petite ville agricole avec pas plus de 10 000 âmes. Tous les chiropraticiens qui venaient me rendre visite me racontaient la même histoire: je mourrais de faim et personne ne viendrait à la clinique car il n’y avait rien. Eh bien, cinq ans plus tard, j’avais une liste d’attente de neuf mois et les patients conduisaient une heure et demie pour me voir. Mais j’ai quitté cela et me suis rapproché de Montréal.

Où as-tu fréquenté le collège?

J’ai fait mon doctorat à Davenport, Iowa.

Avez-vous eu un mentor pendant vos études collégiales / premières années dans la profession?

Oui, j’étais un bon ami du Dr Roy Swed. J’ai organisé de nombreux séminaires pour lui et j’ai construit son premier site web. Je me souviens d’avoir emporté son énorme projecteur de valise avec des diapositives en cellophane que vous pourriez écrire avec un marché. Je me souviens que mes amis commençaient à utiliser des ordinateurs portables et des projecteurs vidéo. J’utilisais Windows 3.1 à l’époque et je lui répétais qu’il n’était pas nécessaire de se promener avec un équipement aussi lourd. Un homme très intelligent, mais tellement résistant aux nouvelles technologies. Parfois, je devais le prendre et vous aviez besoin d’un petit camion pour déplacer son équipement. Il a toujours insisté pour que des annonces soient publiées dans les journaux.

Ainsi, lorsque j’ai ouvert ma première clinique dans cette petite ville, j’ai immédiatement créé un site Web et, tout à coup, des patients sont arrivés en provenance de Norvège. Comme c’était l’un des premiers sites Web de chiropraticiens, des milliers de patients nous ont trouvés sur Internet, nous ont contactés et sont venus d’aussi loin que le Mexique et l’Europe. J’ai fait la une des journaux. Tous les moteurs de recherche de l’époque sur le Web nous avaient énumérés: Webcrawler, Altavista, Excite et Yahoo. Le journal local nous a couvert en première page; le fait que les patients venaient de Norvège.

Vous apprenez à naviguer. C’est comme être un constructeur de bateaux. Vous y investissez beaucoup de temps et, une fois que vous avez terminé, vous le mettez à l’eau sans savoir où aller. Maintenant, je n’ai plus besoin que de savoir pagayer avec un canoë ou un petit voilier. Ce que j’aime le plus, c’est l’expérience individuelle avec mes patients, ce que je peux maintenant faire librement. J’ai littéralement pas de frais généraux. Comme maintenant, je sers dans 3 endroits, mais je ne paie pas 3 baux complets. À un endroit, je loue simplement 2 jours par semaine, un espace très petit, mais suffisant pour recevoir des patients et donner des traitements, et je réalise même plus de profit..

Qu’est-ce qui vous a motivé à devenir chiropraticien?

Je viens d’une longue lignée de guérisseurs qui remonte à mon arrière-arrière-grand-père. Mon grand-père était une légende, par exemple, il avait reçu un don de Dieu (ainsi que ma mère). Il a vécu à Denim. Mon grand-père est décédé quand j’avais 20 ans et je ne savais pas quoi faire de ma vie. Puis j’ai vu que plus de 4 000 personnes avaient assisté à ses funérailles. J’y ai vu la sincérité des gens. J’ai donc décidé d’écrire un message et je l’ai laissé dans la poche intérieure de la veste de mon grand-père. On pouvait y lire: « Grand-père, vous méritez de vous reposer parce que vous avez fait beaucoup de travail, mais si vous pouviez me donner un conseil, je l’apprécierais ». Pendant l’enterrement, j’ai rencontré une fille et commencé à sortir avec elle. Un jour, je l’ai laissée chez elle, juste derrière l’Ordre des chiropraticiens. J’ai donc vu le panneau et décidé d’entrer et de demander: « Que dois-je faire pour devenir chiropraticien? » Ils m’ont donné une explication approfondie, je suis tombée amoureuse du métier, j’ai étudié et je suis là! Il est important d’être passionné par ce que vous faites, d’aider les patients. Mon cerveau fonctionne parfois comme un cerveau autiste. Parfois, je rêve de fonctionnalités pour aider les médecins et les patients.

Quels sont les défis les plus difficiles liés à ce travail?

Je pense que la chose la plus difficile est de prendre conscience de ce que nous faisons, mais aussi de savoir ce que nous ne faisons pas ou ce que nous pourrions améliorer. C’est difficile d’être médecin. Il est difficile pour les gens de suivre une voie qui leur permet de prendre soin d’eux-mêmes. Les gens ont plus peur de parler en public que de la mort. Certains font même des cauchemars en se tenant devant une foule et disent même à leurs psychiatres qu’ils ont peur de se réveiller nus au travail. De plus, 90% des régimes sont un échec. Il est difficile de se soucier autant des gens et d’être rejeté. C’est la même raison pour laquelle tant d’abonnements ne sont pas utilisés. Après tant d’années à essayer, je sais qu’il vaut mieux ne pas investir dans les abonnements à un gymnase à cause de cela.

Quelles sont vos plus grandes réalisations?

Sans aucun doute, c’est pour soigner les gens, ce qui vient d’avoir appris à tout remettre en question, y compris mon éducation. J’ai pu éliminer tout ce qui était idéologique. Plutôt que d’être un expert en la matière, l’expert dans la salle, j’ai entamé un processus de prise de conscience et d’auto-critique qui m’a amené à fournir d’excellents soins à mes patients. Aujourd’hui, j’ai environ 700 références et les gens parcourent de longues distances pour recevoir de l’aide, sachant que je fais du marketing CERO. Donc, la première chose à faire pour moi est le soin et la deuxième est OpusTime. Cela m’a permis de continuer à faire du lobbying pour améliorer les soins.

Quels ont été les principaux obstacles que vous avez dû surmonter?

Ouais… Jeunesse! Quand j’ai fini l’université, j’étais si timide et stupide, OMG. Comme mon premier logiciel n’était pas OpusTime, j’en avais un autre et je me suis cassé toutes les dents de devant parce que je n’étais pas du tout au courant des besoins du marché…

Où vous verriez-vous si vous n’étiez pas un chiropracteur?

J’ai fait un an d’administration et un an de biologie. Ce qui rend ma vie utile, c’est d’aider les autres. Je suppose que si je ne pouvais plus pratiquer, je chercherais un moyen d’aider les autres.

Il y a généralement une histoire derrière chaque nom et Opus évoque la musique classique. Êtes-vous un fan?

Non, pas vraiment. Lorsque je travaillais sur le concept, j’ai rencontré un spécialiste du marketing et j’ai essayé sans cesse de l’expliquer. Puis, tout à coup, j’ai dit que c’était comme être le directeur d’un orchestre, où nous harmonisons tous ces différents instruments. Pour que nous puissions les combiner dans une bonne expérience. Habituellement, ce que nous avons dans les entreprises ressemble plus à une Cacophonie, vous savez? En tant que praticien, je dois écouter les patients. Si un patient me dit « mais j’ai toujours mal », je ne peux pas l’ignorer. C’est pourquoi j’utilise l’analogie d’un orchestre, les musiciens doivent pratiquer. Le chef d’orchestre ne contribue pas au spectacle mais s’assure que les musiciens donnent le meilleur de leurs capacités.

Croyez-vous que la technologie peut rapprocher les médecins des patients?

Cela semble un pari raisonnable, mais je le vis tous les jours. Mes patients et moi avons une relation parce que nous avons supprimé les frais généraux administratifs qui causent du bruit. Tout ce qui se trouve entre les deux est résolu par OpusTime. Par exemple, je reçois rarement des appels téléphoniques. Je n’ai pas besoin de casque. Je rencontre simplement mes patients en personne.

Y a-t-il quelque chose de particulièrement canadien dans OpusTime?

Je pense souvent que je suis l’étranger dans la pièce (rires), et je ne le dis pas mal. Souvent, les plates-formes logicielles commencent comme dépositaires des connaissances existant dans un domaine ou une région donnés, mais je pense l’inverse. Prenons par exemple ma pratique. Je ne facture pas les honoraires moyens des chiropraticiens de la région; Je charge 20 $ de plus par visite. Parce que les patients qui recherchent un accord sont filtrés, ils ne viennent pas me voir, ceux-ci ne correspondent probablement pas au profil que je vise. Lorsque je prends des décisions concernant OpusTime, je réfléchis toujours à deux fois. Je ne voudrais pas être coincé avec chaque décision que je prends. Je l’ai conçu à partir de la base comme un système multilingue, en commençant par le français, l’espagnol et l’anglais. Mon logiciel précédent a lamentablement échoué car il reflétait ma façon de travailler à cette époque. OpusTime a une logique différente, car les professionnels de tous les domaines peuvent l’utiliser pour gérer leurs activités: salons de coiffure, salons de tatouage, cliniques, consultants, vraiment toute personne qui construit un rendez-vous.

Pouvez-vous nommer les mauvaises habitudes qui empêchent les PME de mieux servir leurs clients?

Prenons par exemple une massothérapeute qui a un groupe de clients et donne le service A + mais elle ne suit pas les clients. Je lui dirais que les prestataires de soins de santé méritent le salaire le plus élevé, car ce n’est pas un spa, ni un luxe, un bon massage peut changer la vie d’une personne, il n’ya rien de mieux pour la santé qu’un massage, surtout si thérapeute, vous vous brisez les épaules et les poignets pour vous soigner. À elle, je dirais: ne donnez pas votre travail! Ne négociez pas vos frais. C’est probablement elle qui remet les bulles dans le champagne! Essayez de changer la façon dont le massage est perçu. La même chose s’applique aux coiffeurs. Ils ne coupent pas les cheveux, ils aident les gens à se présenter mieux. Si vous laissez le monde déterminer la valeur de votre travail, vous ne pourrez alors pas offrir le meilleur service possible à vos patients.

À quoi ressemble l’avenir de la pratique clinique, de votre point de vue?

Je pense que la recherche est issue des données, donc un avenir idéal impliquerait une utilisation croissante et meilleure des données pour améliorer la manière dont nous interagissons avec les patients pour fournir des traitements. Cela, tout en réduisant les restrictions imposées par la législation. Les professionnels sont pris au piège entre le marteau et l’enclume face aux exigences du marché et à la législation restrictive, qui est toujours dépassée. Nous aurons accès à des connaissances incroyables pour mieux servir nos patients.

Que conseilleriez-vous aux entrepreneurs pour parvenir à une santé mentale et physique équilibrée?

Il y a de la magie dans OpusTime. Je suis sérieux. Lorsque vous n’êtes pas au travail, la plate-forme vous permet d’organiser votre activité et d’être toujours au top, afin d’atteindre un équilibre entre vie professionnelle et vie privée. En tant que professionnel, il structure tout ce qui vous entoure et vous permet de vous concentrer sur le service à la clientèle.

Quels sont tes intérêts professionnels ou tes loisirs?

Outre la cuisson du pain, j’aime cuisiner et divertir des groupes d’amis. Mais il faut être en bonne santé. J’aime lire sur le mode de vie et sur les liens entre la santé et le mode de vie. J’aime la nature, les voyages, la randonnée ou le camping.

Quel est votre auteur préféré (fiction et non-fiction)?

J’aime la science-fiction, penser à l’avenir. Par exemple, The Matrix était incroyable, à mon avis. J’aime aussi le livre de Jordan Peterson. C’était si puissant. Je lis beaucoup de critiques SW et HW quotidiennement.

Où vas-tu quand tu veux t’éloigner de tout ça?

Je préfère la nature que voyager dans les villes. Mais j’aime bien entrer dans la nature avec mon téléphone portable complètement chargé !!! Donc, je regarde parfois des vidéos de pêche, alors que je pêche.

Si vous pouviez donner des conseils à une version plus jeune de vous-même, ce serait quoi?

Fais attention à ce que tu souhaites.

Où vous voyez-vous dans les cinq prochaines années?

Dans les cinq prochaines années, je vais probablement fusionner mes cliniques en une seule et travailler à temps plein pour que OpusTime se rende aux quatre coins de la planète.


Avez-vous aimé cette interview? Partagez vos opinions avec nous (info@opustime.com). Gérez votre entreprise où que vous soyez et de libérer du temps pour ce qui compte vraiment avec OpusTime. Inscrivez-vous pour un essai gratuit de 30 jours et la musique de l’expérience au travail!

© 2019 OpusTime, S.A. Tous les droits sont réservés.